Débâtons sans bâtons !

Débâtons sans bâtons !

« Démocratie ? Non merci ! »


C’est ce type de discours que l’on commence à entendre se développer. Mais qu’avons-nous contre ce type de prise de décision et de réflexion ? Je m’avancerai en disant : la forme.

En effet, l’image récurrente de la réunion en table carrée, parsemée de dinosaures institutionnels votant à crayon levé le choix de la machine à café, persiste et augmente le scepticisme croissant quant à l’utilité de la démocratie.

jpg_EDD62_Calvi

Mais la démocratie, c’est quoi ?

Je prends mon Encyclopédie Larousse sous le bras :

« La démocratie consiste dans l’exercice, soit direct, soit indirect, du pouvoir par le peuple. Cette organisation politique implique un état social caractérisé par le fait que tous sont égaux devant la loi, que tous possèdent les mêmes droits. Les fonctions sont accessibles à tous, (…) les citoyens devant être appelés à la vie intellectuelle et morale, et de plus en plus mis en état d’exercer, d’une façon efficace et raisonnée, la part de pouvoir qui leur est attribuée »

Ainsi, de par sa définition même, le pouvoir de chacun sur une base d’égalité et d’accessibilité paraît tout à fait logique, voire évidente. Seulement, les citoyen(ne)s ne prennent pas forcément part à ces prises de décisions. Pourquoi ? Complexités des relations, flou juridique, méconnaissance des procédures, manque d’espace d’expression… etc.

Tout cela est un réel frein pour ceux ayant l’envie mais pas forcément la compréhension.

On voit alors un abstentionnisme grandissant et une prise de distance des décisions, notamment du vote politique (mais je n’approfondirais pas cette question afin de me pencher sur la démocratie au quotidien). Et c’est ainsi que ces « dinosaures » reviennent, assez instruits pour diriger démocratiquement les décisions des plus indécis(es) et prendre des décisions en toute quiétude en se basant sur un discours faisant croire que tout est trop compliqué et que cela nous dépasse. Les arguments d’autorité reviennent.

Évidemment, ce stéréotype n’est pas légion mais peut faire réfléchir.

Image 1

Des lieux de démocratie active 

Bien que des initiatives de l’état comme les référendums ou les colloques existent, ces types de rencontres ne semblent pas convenir à tous.

À côté de tout ça, dans l’ombre des débats d’actualité sans lumière, des personnes travaillent d’arrache-pied à la construction de nouveaux outils démocratiques, souvent inspirés de l’animation, pour valoriser prises de décisions, débats et réflexions ouverts à tou(te)s.

Je prendrais un premier exemple : Le café philo.

Cet intriguant rassemblement des curieux de tout âge permet, dans un lieu d’échange comme un café ou un théâtre, de désacraliser la parole et de délier les langues. Ayant pour but de rendre accessible la culture et la réflexion à tous, ce type d’initiative s’est beaucoup développé et il ne serait pas surprenant d’en voir apparaître dans votre ville.

Un second exemple qui me vient est le forum, notamment mis en place par l’association d’animation populaire « La Bidouillerie » avec les enfants durant les séjours qu’elle propose. Ce type d’initiative a pour but de changer la relation de l’unilatéralité des décisions que l’on peut voir dans de nombreux séjours et ayant pour but de valoriser la participation de chacun dans des instances de décisions concernant le groupe.

Image 3

« C’est pour les bobos tout ça »

Bien entendu, il existe de nombreuses autres formes de prises de décisions et de réflexions démocratique qui se développe notamment via les réflexions du militant de l’éducation « populaire » de Franck Lepage.

Extrait de Café philo

 

Extrait d’une des conférences de Franck Lepage 

 

Laisser un commentaire