La trilogie : Qui sommes-nous #3

La trilogie : Qui sommes-nous #3

En 2013, nous étions 7,125 milliards de personnes sur Terre, ça en fait du monde !

Chaque jour, en sortant de chez soi, à la télévision, sur la toile, on se côtoie, avec plus ou moins de plaisir, cet article issu d’une trilogie : «Qui sommes-nous » est une réflexion à chaud, un sentiment, une trahison, un fait. Cette réflexion est différente pour chacun d’entre nous, en aucun cas ce que vous vous apprêtez à lire n’est une vérité absolue… Êtes-vous prêt ?


Qui êtes-vous ?

Un catalogue ?

Pages après pages, des clones, des marionnettes, happés par tant de différences à première vue.

Un garçon, une fille ?

Deux possibilités et rien d’autre, c’est ça ? C’est ce que l’on apprend des gens ?

Je suis un garçon donc je suis comme cela, je suis une fille donc je suis comme cela.

C’est réducteur, non ? L’envie d’autres choses, d’un mélange, d’une étiquette qui nous nommerait nous, simplement nous, sans âge, sans sexe, sans émotion qu’on nous inculque, mais celles que l’on décide, c’est possible ?

Êtes-vous résignés ?

C’est si compliqué que de se laisser vivre sans se juger ? Les perdus sexuels vont mourir si ça continue. A nous entendre, la place est juste assez grande pour les garçons et les filles, mais où se rangent les autres ?

Les garçons pensant comme des filles, les tapettes ?

Non, les garçons qui ont leur bite au bon endroit, leur cerveau aussi, non pas au même endroit, l’un et l’autre, ceux qui parfois sont émus ?

Et les filles pensant comme les garçons, les camionneurs ?

Les filles qui portent des robes et du vernis, mais qui aiment leurs potes, le sexe et les cigarettes, celles qui assument tout et n’importent quoi ?

Certes, les simples filles et les simples garçons qui ont la chance que leur statut leur aille comme des gants dits « dans la norme » mais les autres ?

Ils dégagent ?

Voilà un point commun qui nous rassemble : soyons lâches, ensemble !

Laisser un commentaire