Petit traité du semi-bénévolat à l’usage de l’animateur animé

Petit traité du semi-bénévolat à l’usage de l’animateur animé

♪♫ « Les monos c’est de la racaille… » ♫♪


Il est loin le stéréotype de l’animateur de colonie de vacances irresponsable, guettant le 5ème repas et punissant les enfants peu coopératifs. L’animation a bien évolué, les juridictions aussi.

Mais qu’en est-il des formations ?

Le travail d’animateur a bel et bien une certification : Le Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur. Ce brevet d’état, qui semble coûter plus de 500€ dans ses 3 stages confondus (théorique, pratique, d’approfondissement/de qualification), bénéficie d’aides, allégeant bien son prix. Nous débarquons ainsi avec notre brevet d’animateur dans le but de chercher un petit boulot de vacances ayant plus de sens pour nous que de faire la plonge au Mc-Burger-Quick du coin. Arrivé devant une annonce de séjour qui semble nous intéresser, c’est le moment de postuler, se vendre.

Armé de sa plus belle lettre de motivation et de son Curriculum vitae blindé d’expériences de baby-sitting et d’animation de kermesse, une nouvelle demande nous est formulée, on découvre alors l’existence du projet individuel d’animateur. « Quoi ? On me demande de réfléchir au sens qu’a l’animation pour moi ? ». Après quelques « googlisations », des exemples apparaissent. Des mots très étranges les parsèment : « Autonomie », « Accompagnement », « Prise de conscience », « Réflexion »… Mais quel est ce site avec un nom rappelant un temps où l’on faisait des cabanes ? La Bidouillerie.

Bref, cette formalité est faite. L’entretien avec l’animatrice a mené à une embauche. Elle tend une sorte de contrat de travail, un CEE ( Contrat d’Engagement Educatif). Ce dernier donne droit à 24 heures de congé par semaine et 11 heures de repos consécutifs dans la journée (donc une possibilité de 13h de boulot… En passant.). Mais n’oublions pas, ce contrat peut rémunérer au minimum à 2,2 fois le smic horaire, soit 21,14€ par jour. C’est à ce moment-là qu’on se rend vraiment compte que l’on n’est pas là purement pour l’argent. (Ah bon ?)

La colonie de vacances Le séjour se déroule doucement malgré la fatigue, l’équipe semble bien fonctionner et les enfants sont plein d’énergie. Seulement, des envies ressortent de la part des enfants mais le planning de la semaine est déjà fait. Tout est prévu à l’avance et cela va être difficile de modifier tout cela.

Petit moment d’utopie

Imaginons des séjours ouverts à tous, où les enfants seraient aidés des animateurs pour réaliser des projets qu’ils ont proposé durant des sortes d’assemblées citoyennes… Partir à la recherche d’insectes, fabriquer un vivarium, construire un barrage dans la rivière du coin à côté du camp ! Et on pourrait aussi…

« Hey, c’est l’heure de se réveiller ! Les enfants dorment, le 5ème peut commencer. »

Heureusement qu’il existe de petits conforts malgré tout. À partir du moment où l’animateur est « garant de la sécurité physique et affective des enfants. », il peut se permettre d’autres choses, voire au-delà, penser plus loin, imaginer en profondeur. C’est en partant de l’enfant et en lui tendant la main que l’animation commence. Ce super héros aux pouvoirs d’animer, de donner vie au bonheur et envies de l’enfant, est pourtant de plus en plus traîné sur le bitume. N’oublions pas d’être animé, sans être consumé, pour que notre expérience d’animateur ne dure pas que deux séjours.

Cultivons notre foyer intérieur pour illuminer le monde de l’animation d’un amour de l’envie de faire.

Tendrement.

 

1 comment

  • Bonjour,

    J’adore ton article !!! Je bosse justement dans la création de séjours de vacances et je cherchais une photo pour illustrer ma plaquette d’information et je suis tombée sur ton article ! Hasard ou pas… Est il possible d’utiliser cette photo pour mon asso ?
    Dans un monde ou les enfants se perdent dans la Surconsommation, je me plait à croire qu’un retour à l’essentiel grâce à ces temps de vie collective, un retour à la terre avec des animations faites de rien et de beaucoup d’explorations, ne fera que redonner de la vie aux séjours de vacances et faire revivre la valeur qu’il peux avoir auprès d’un enfant. L’animateur volontaire est devenu le roi des lois et de l’éducation informelle. A quand cette revalorisation ?
    Bien à toi
    Marilyne

    Reply

Laisser un commentaire