Chyneski sort son EP ” Ascension”, préparez-vous au virage cosmique

Issue du terreau bouillonnant rennais et nantais, Chyneski est un duo qui commence à se faire bien entendre dans le grand ouest. Après la révélation d’un teaser plutôt mystérieux, le groupe nous lance un EP qui apparemment est la première pierre d’un projet plus ambitieux. A la rédaction, le projet a bien tourné, ce qui nous a donné envie d’y écrire une petite critique.

Tout d’abord, Chyneski c’est de longues ambiances qui laissent s’étirer des atmosphères arabisantes, cosmiques et même parfois techno. Depuis quelque temps, le leader du groupe fait venir un trompettiste pour réchauffer les beats et donner une touche plus organique aux productions. Cette EP est peut être celui de la maturité. Composé de seulement deux titres, on peut rester facilement sur sa fin vu le travail et la finesse des deux tracks de minimum 6 minutes. On n’a pas le temps de s’ennuyer et on voyage dans une progression quasi-métaphysique.

Le premier track appelé très synthétiquement « Ascension », comme son nom l’indique, vous invite dans une ascension qui part très loin et frise les influences Shoegaze à la fin. C’est un morceau dans le pur style Chyneski, pour ceux qui suivent l’entité depuis ses débuts. Mention spéciale aux passages à la trompette qui sont maîtrisés de bout en bout. Jamais mis trop en avant, toujours à la bonne place, dans une symbiose parfaite avec les sonorités électroniques. C’est la BO d’un film qui n’existe pas, les montées donnent place à l’interprétation cinématographique. Comme ils aiment se résumer, c’est une épopée électronique où chacun est invité à venir voyager. Il faut attendre aux alentours des 4 minutes pour voir le morceau réellement décoller et délivrer tout son potentiel cosmique. C’est un morceau qui gagnerait à être encore plus long, surtout le drop entre 6 min et 7 min qui est à mon humble avis sous exploité, avec cette batterie qui rappelle la fin du dernier morceau de Random Access Memories des Daft Punk.

Le deuxième track part dans une toute autre direction, ce qui peut être déroutant à la première écoute. J’avoue ne pas avoir été très emballé à la première écoute, j’ai limite pas compris. C’est à la 2éme écoute, que j’ai commencé à comprendre le vrai noyau de ce track : ce n’est pas de l’électro, c’est de la trap. Après ce constat, on comprend qu’on part dans un univers totalement différent. Les premières notes nous rappellent l’ambiance du menu de la Playstation 2, si chère à tout les beatmackers un peu Lo-Fi du moment. Je suis un peu moins fan de la montée à 1.30 qui casse un peu cette ambiance trap mise en place, comme si l’artiste ne voulait pas aller jusqu’au bout de son délire de peur de perdre son auditeur. On sent ô combien les gars sont fans de trap, ça dégouline de tous les pores. Grosse surprise par la suite avec le passage chanté. L’un des membres est le chanteur d’un autre groupe : Freak it Out, qu’on vous invite à aller checker aussi. On arrive bientôt à la fin du morceau, le potentiel arrive à son optimum. C’est ça la force de Chyneski: réussir toujours à frapper juste et à pousser le potentiel de ses morceaux à leur paroxysme. En quelques minutes, il vous accroche et vous donne envie d’aller plus loin. Comme le premier morceau, on n’a pas envie que ça se termine. Je pense que c’est un groupe à aller voir en live surtout, c’est sur scène que toute l’énergie est libérée.

En tout cas, ceci n’est pas une critique exhaustive, faites-vous vous-même votre avis et n’hésitez pas à nous en faire part, mais surtout soutenez la scène locale rennaise, il y existe un terreau abyssal de talents qui ne demande qu’à exploser. C’est en allant les voir sur scène et partageant leurs sons qu’on réussira à faire resplendir, tous ensemble, cette exception rennaise.

Written By: Le P'tit Rennais

No Comments

Leave a Reply