Cirque Rouages : deux acrobates flottent dans un pesant passé et un vide d’avenir

Cirque Rouages : deux acrobates flottent dans un pesant passé et un vide d’avenir
Affiche du spectacle "Boate" de la Cie du Cirque Rouages

Le 24 novembre dernier, le Triangle a vu deux funambules défiés les lois de l’apesanteur. Un spectacle impressionnant qui avait un message à faire passer : le combat des migrants.

Deux hommes : Florent et Émilien. Une troupe : la compagnie de cirque Rouages (Bar-le-Duc, Aude). Un festival : Migrant’scène. Tous ont investi la salle du Triangle, cité de la danse de Rennes, le samedi 24 novembre dernier. Ils ont proposé le spectacle “Boate” qui retrace le combat des migrants pour partir de leurs pays et venir dans des pays, comme la France, où ils se sentent plus en sécurité. Un combat car rien ne l’épargne pour parvenir à une vie meilleure.

Combat de migrants en légèreté et désinvolture

Sur scène, les deux acrobates jouent du mouvement, de l’équilibre, de la chute libre… Sur leurs épaules, une boîte en bois brut. Elle est pesante comme le passé des migrants. Elle est vide comme leur avenir. Les funambules ne parlent pas. Ils sont muets. Ils mènent leur danse au rythme de leur boîte. Les minutes flottent, un chemin se trace tout “en légèreté et en désinvolture”, souligne la troupe du Cirque Rouages : celui du combat des migrants. Leurs corps parlent. Ils décident du voyage à accomplir, surmontent le danger qui menace. Bien sûr, il y a des risques, de la peine aussi, mais elle se veut “joyeuse et victorieuse”. Florent et Émilien montrent ce changement de vie en jouant avec les lois de l’apesanteur.

Une boîte en bois brut en fil rouge

Quand tombe le rideau sur ce spectacle, les acrobates du Cirque Rouage peuvent savourer d’avoir réussi à embarquer le public dans les aventures et les histoires vécus par les migrants. Il est vrai que ce dernier n’a pas fait que regarder. Avant même d’entrer dans la salle, il a été un acteur en portant cette boîte de bois brut, fil rouge du spectacle. Puis, pour ceux qui le souhaitait, en indiquant sur des bidons sur leur prénom. Au total, de manière ludique et philosophique, les spectateurs ont été sensibilisés aux  difficultés pour atteindre un territoire en sécurité. Et malgré les périples, les galères, ils peuvent s’en sortir. Et c’était tout l’enjeu de l’organisateur : la Cimade, comité inter-mouvements auprès des évacués.

Enola Besnard

Cet article a été rédigé dans le cadre du projet d’éducation aux médias porté par le Lycée de la Salle (Rennes) et le Club de la Presse de Bretagne, avec l’appui de la Drac et de la Région Bretagne. De septembre 2018 à fin mai 2019, 30 élèves de Seconde Pro “Commerce & Vente” publient leurs articles sur Le P’tit Rennais, sous la direction de Isabelle Février, professeur de français, et Baptiste Julien Blandet, journaliste. Chaque article est l’aboutissement d’un exercice journalistique et de découverte d’un événement culturel rennais.

Laisser un commentaire