Delicatessen, la nouvelle exposition de l’Impermanence Galerie à ne pas louper

En ce moment, je vadrouille pas mal dans les galeries de l’Ouest, et crois moi, je prends vraiment mon pied à (re)découvrir les artistes qu’elles mettent à l’honneur. Une me plaît particulièrement en ce moment, j’ai nommé l’Impermanence Galerie à Rennes.


En parallèle, un peintre rennais commence à se faire un petit nom et son univers ne fait que m’étonner de jour en jour, j’ai nommé Naga. Et bien devine quoi ? Mes deux lubies du moment vont s’associer, se rencontrer dès ce samedi 8 février, 17h pour le vernissage de  “Delicatessen”, exposition de Naga à l’Impermanence Galerie.

L’exposition 

A l’image d’un monde parallèle, cette exposition nous promet la découverte d’un univers poétique, sensible mais subtilement sombre et décalé. Nous rêvons tous d’un monde à notre image, où l’on s’évade sans trop se poser de questions, une échappatoire du quotidien. Et c’est ce qui nous attend avec cette exposition.

“Delicatessen” nous plonge dans cet univers lyrique aux détails dérangeants, mais au décalage qui nous pousse à s’interroger sur la vie des personnages de ces œuvres. Au fil des toiles, la figure féminine s’impose largement et nous laisse sur une ambiance plus qu’aérienne, et sensible. 

Tu comprendras donc le lien avec ce film de Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro de 1991, Delicatessen, qui nous plonge dans un univers morbide, horrifique, satirique, où l’amour va finalement naître entre deux personnages et attendrir l’histoire.

Dans cette exposition, tu y retrouveras des esquisses au crayon de bois (ou crayon gris, ou crayon à papier, ou …), des monochromes au crayon de couleurs, mais aussi des tableaux sur toiles et bois. Prends vraiment le temps d’observer l’évolution de l’artiste en parcourant ses œuvres, on a comme une impression que Naga devient bien plus poétique avec l’âge (ou pas, ahahha).

Personnellement, je suis une fan inconditionnelle de son travail : au premier abord, on observe l’aspect poétique et léger des protagonistes, souvent masqués, qui nous laisse une liberté d’imagination sur leur état d’esprit. Mais en y regardant de plus près, notre regard est attiré par de petits détails qui peuvent provoquer un certain malaise en nous et qui viennent troubler notre jugement (os, crânes, flèches transperçantes, tatouages douteux, …). Chacun y fait son interprétation et chaque oeuvre peut avoir différentes lectures. 

Petit plus de l’exposition : ce n’est pas un, mais deux artistes que tu vas y découvrir. Jacqueline, artiste peintre rennaise, à l’univers poétique, coloré et surréaliste sera aussi de la partie. J’ai hâte de mettre un pied dedans et connaître un peu plus son travail.

L’artiste 

Équipé de ses plus beaux pinceaux et de ses tubes d’acrylique, Naga nous emmène dans son monde qu’il définit comme instinctif et qu’il a fait évolué depuis son enfance. Originaire de la Sarthe, l’artiste aux multiples facettes n’a fait qu’inventer et réinventer ces personnages, tantôt gros, minces, cassés, facturés, brisés ou encore sans visage. 

Influencé par les plus grands tels que Sainer, Inti, Bezt, Seth, Alphonse Mucha ou encore Miss Van, Naga reprend du service artistique en juin dernier et emprunte un virage radical dans son style, grâce notamment à ses rencontres marquantes avec des artistes du paysage rennais.

“Ce que j’aime le plus, c’est quand on pense que je suis une femme artiste et non un homme.”

Et oui, ne vous fier pas à cette délicatesse omniprésente, l’artiste est bien un homme. Ah bon ? Les hommes n’ont pas le droit d’être sensible dans notre société ? Ils ne sont que testostérone et virilité ? Hum, drôle d’idée, dis donc …

Aussi bien guitariste, que graphiste, boucher ou encore blagueur du dimanche, ce Rennais de cœur nous embarque avec lui, pour cette exposition qui nous laissera mille et une question, développant notre imaginaire jusqu’à l’infini.

Un artiste qui mérite le détour, subtil, sublimant ses personnages et leur dessinant une histoire que seul le visiteur peut deviner.  On t’attend pour ce vernissage, de 17h à 22h, à l’Impermanence Galerie et si tu as encore des doutes sur tes intentions de venir découvrir son travail, voici son dernier argument choc : “Venez, il y aura à boire et à manger, peut-être !”. 


Informations pratiques

Impermanence Galerie, 134 Avenue Général Leclerc, 35000 Rennes
06 70 04 43 97
Entrée Libre et Gratuite
Ouvert du mercredi au jeudi de 14 à 18h et du vendredi au samedi de 14 à 19h
Exposition disponible du 8 au 29 février 2020.

Written By: Margaux Doré

No Comments

Leave a Reply