Jazz à l’Etage : comment le festival a organisé sa promotion ?

Pour attirer son public, un festival se doit de communiquer. De quelle façon ? Avec quels outils ? Enquête sur les recettes à reprendre du festival Jazz à l’Etage de Rennes

Voilà dix ans que le festival Jazz à L’Étage émoustille nos oreilles. Chaque année, pendant pendant un mois, les artiste de renoms ou futur prodige se succèdent. C’est cette articulation qui l’âme d’un festival et son succès. Mais pas seulement. En fêtant sa dixième bougie, ce rendez-vous de la musique improvisée sous ses formes a acquis un savoir-faire pour qu’on parle de lui, avant, pendant et après chaque édition. Il y a là, une source d’inspiration pour celles et ceux qui ont envie de créer un événement de ce type. Notre enquête vous livre les incontournables d’une promotion bien ficellée.

L’indéboulonnable affiche

Avec la programmation, la communication est le second pilier d’un festival. Elle doit susciter la curiosité, l’engouement et l’envie. D’ailleurs, c’est aussi le second poste de dépenses et mobilise une bonne partie des ressources bénévoles. Sans surprise, l’affiche se pose comment le premier outil de communication. Elle est incontournable et répond à des codes et obligations bien précises. C’est-à-dire comporter toutes les informations indispensables à la compréhension du festival : le nom du festival, les dates, le lieu et la programmation complète ou les têtes d’affiches. Elle doit aussi mentionner un contact ou l’adresse d’un site web pour les personnes désireuses d’informations complémentaires ou acheter les places. Enfin, l’affiche met forcément en avant les logos des partenaires. Elle leur donne une visibilité privilégiée.

Un site internet pour une information exhautive

A côté de l’affiche, un festival se soit de disposer d’un site web, ou un blog qui est lus simple d’utilisation mais offre cependant moins de possibilités. Quoi qu’il en soit, peu importe la plateforme choisie – site ou blog -, le futur festivalier doit y retrouver toutes les informations essentielles au fur et à mesure qu’elles se précisent : la programmation avec une présentation détaillée, les dates, le lieu ou les lieux, les horaires et bien sûr les tarifs. Autant l’affiche sert à attirer l’œil, autant le site participe à l’attractivité du festival. Photos, vidéos, illustrations, compléments d’information, services en ligne… Tout est bon pour créer de la proximité, de l’emphase.

Les réseaux sociaux pour interagir

Avec tout l’engouement qu’ils suscitent, les réseaux sociaux se sont imposés comme de bons atouts dans la communication d’un événement. Les festivals n’hésitent plus à créer un compte Facebook, Myspace ou encore Twitter au nom du festival. Outre de relayer des contenus du site, ils servent surtout à mobilier une communauté qui suit au jour le jour les coulisses et les temps de la préparation et du déroulé de l’événement. Un travail de titan puisqu’il faut les alimenter régulièrement avec des vidéos, photos ou actualités susceptibles d’attirer l’attention. Il existe aussi des groupes secrets ou fermés qui permettent de diffuser des messages à destination des bénévoles, plutôt que t’envoyer des mails qui ne seront pas lus.

Lukian Rannou


Brève histoire de Jazz à L’Étage

Porté par l’association Jazz 35, Jazz à l’Étage propose une programmation éclectique d’artistes de renommée nationale et internationale. Son but est d’avant tout de “faire venir des artistes internationaux et les stars du jazz de demain, explique Yann Martin, son directeur artistique. « Nous invitons de nouveaux artistes qui sortent du code traditionnel du jazz, des musiciens qui viennent de partout… Leur source d’inspiration c’est le métissage, un jazz souvent plus accessible au grand public ». Le festival a pris l’habitude de proposer des concerts à Rennes, Cesson-Sévigné et Saint-Malo.



Written By: de la Salle Lycée

Assurer à chaque jeune un accompagnement pédagogique et éducatif, ouvert sur le monde, pour lui permettre de concrétiser son projet professionnel ou d’études.

No Comments

Leave a Reply