JOURNAL DE BORD DES TRANSMUSICALES : VENDREDI SOIR

Les rencontres des Transmusicales ont démarré mercredi et se clôtureront dimanche. Tous les jours retrouvez nos déambulations de la veille.


19H30, direction l’Étage pour le concert de Meloman & Mani, qui enchaine sons énervé et d’autres plus doux.

20h30, direction le parc expo pour la nuit, c’est parti YO !

21h45, jolie entrée en matière avec le live des Taïwanais de Go Go Machine Orchestra, ambient et classique.

22h, le Hall 9 est enfin ouvert et c’est MEGATIVE qui débute !

Il neige toujours entre le Hall 3 et la Greenroom !

22h35, le groupe Stats libère toute son énergie, une pop synth-wave parfaite. Tout le monde danse !

23h, un passage par la “tech-house tribale” de Ocean Hye, pas si nouveau…

23h45, le Hall 8 s’embrase aux sonorités latine de Gilberto Rodriguez y Los Intocables !

00H30, Los Bitchos déversent leurs enthousiasme sur le public et leurs prestations glamour donnent un show unique. Elle est là notre révélation du festival !

1H, bienvenue dans la GreenRoom, la salle électro-techno que j’apprécie tant ! Le dancefloor est blindé, le public déchainé sur les compositions de Hadi Zeidan, il clôture son set excellemment bien, le temps d’aller trouver son bonheur autour de l’énorme bar Heineken du Hall 4.

Au même moment le hall 9 encense Shortparis, le groupe electro-rock est complètement perché et leur singularité plaît !

1h15 suite à l’annulation de Marc Rebillet c’est Saro et Dj Netik qui le remplace. Un beatboxer et un scratcher, la première date du duo créé pour l’occasion.

2H10, entré en scène de Gezender, il enchaine les sons variés basés sur des sonorités acides qui transportent le public dans son univers.

3H10, DJ Suspect surprend la foule avec ses vinyles funk et agrémentés de morceaux poussant la chansonnette, provenant de différentes ethnies.

3H50, je rentre dans le Hall 8 intriguée par la forte voix roque que j’entendais, ce n’était d’autre que Guiss Guiss Bou Bess communiquant avec son public lorsque derrière les instruments d’origines divergentes faisaient danser la foule.

4H30, de retour dans la salle verte pour terminer ma soirée avec Shlagga qui n’hésite pas à nous faire balancer entre ses beats entrainant et ses drops excitant. J’avais autour de moi un Hall en feu !

5H30, on remballe tout et on rentre à la maison dans une navette étonnamment plus fatiguée qu’à l’aller.

À demain, pour un dernier jour plus que demandé ! 

Written By: Le P'tit Rennais

No Comments

Leave a Reply