La fête de la librairie, instant essentiel

Samedi 24 avril marquera la 23ème édition de la Fête de la Librairie. Le monde du livre et ses artisans n’ont pas été épargnés ces derniers mois. Alors que les librairies sont finalement considérées comme des commerces essentiels depuis fin février, la Fête de la Librairie prend-elle un sens particulier en ces temps singuliers ?


Article par Claire Josset

Portée par l’Association Verbes, la Fête de la librairie est née il y a plus de 20 ans. Elle trouve ses origines en Catalogne chez nos voisins espagnols qui célèbrent le 23 avril la Sant Jordi. À cette occasion, la tradition veut que les hommes reçoivent un llibre et les femmes una rosa. Les passionnés d’architecture pourront notamment découvrir à Barcelone la Casa Batlló, œuvre du célèbre Antoni GaudÍ, qui a représenté la légende de Sant Jordi à travers l’une des constructions les plus emblématiques de la ville catalane.

Casa Batlló (image numérique, site web du Portail officiel du tourisme en espagne)

En Bretagne, plusieurs librairies participent à cette fête. La librairie Le Failler, qui se situe d’ailleurs rue Saint Georges (signification de Sant Jordi en français) offrira à cette occasion l’ouvrage édité par l’association Verbes et une rose, tout comme la Librairie l’Étagère située à Saint-Malo (rue Gustave Flaubert, encore une fois cela ne s’invente pas).

Librairie Le Failler, photo Olivier Dion, site web Livres Hebdo.

Le livre offert par ces librairies a été édité pour l’occasion par l’Association Verbes. Il a été tiré à 25 000 exemplaires qui seront offerts aux clients des différentes librairies participantes.
Pour retrouver les librairies participantes à côté de chez vous c’est ici :

Cette année, malheureusement, pas de dédicaces ou de rencontres littéraires dans le contexte actuel. Pour autant, nombreux sont les libraires qui ont répondu présents pour partager un moment avec leur clients. “Partager un livre offert, une rose, un sourire” souligne Dominique Fredj (Librairie Le Failler).

Dans une période où la culture est mise à mal, la Fête de la Librairie sera également l’occasion cette année de défendre la place du livre, de la lecture et plus largement de la culture dans notre société. Partage d’un livre et d’une rose ce samedi 24 avril, mais surtout partage des idées tous les jours de l’année grâce à la lecture. Lire nous permet d’apprendre de l’autre, mais aussi de mieux le comprendre. Brice Vauthier (Librairie l’étagère) insiste d’ailleurs sur la confrontation des idées rendue possible par la lecture.
À l’ère des confinements où la soif de liberté est de plus en plus pressante, oppressante parfois, rappelons nous la puissance du livre, maître d’œuvre de notre esprit libre.
“La lecture est essentielle à la compréhension du monde et des gens, au développement du sens critique de chacun, au libre arbitre, à la connaissance et à l’indépendance d’esprit, à la liberté même d’être un être à part entière”.

Voici les mots de Bernard Wirbel, libraire à Dinan (Libriairie les Rouairies à Dinan).

Si ses mots raisonnent en vous comme ils ont raisonné en moi, alors peut-être vous repenserez, vous aussi, aux livres que vous avez lu. Celui qui vous a marqué ou celui que n’avez pas réussi à terminer. Celui dont vous avez détesté le dénouement, trop dramatique ou pas assez. Celui dont les mots vous ont touché, un peu plus qu’un autre. Celui qui a voyagé à vos côtés et dont le souvenir aura, pour toujours, un goût d’ailleurs.

Et si par malheur vous êtes en panne d’inspiration pour vos prochaines lectures, pas d’inquiétude, nos libraires bretons ont pris le temps de nous livrer leurs coups de cœur du moment (et ils vous attendent samedi pour en partager beaucoup d’autres) :

  • La Traversée des temps – Paradis perdus d’Eric Emmanuel Schmitt (éditions Albin Michel), “un vrai et bon livre d’un grand auteur”.
  • Florida d’Olivier Bourdeaut (éditions Finitude)
  • Les enfants sont rois de Delphine de Vigan (éditions Gallimard)
  • L’ami de Tiffany Tavernier (éditions Weispieser)
  • Avant les diamants de Dominique Maisons (éditions la Martinière)
  • Des diables et des Saints de Jean-Baptiste Andréa (éditions de l’Iconoclaste), “une merveille à mettre entre toutes les mains”.

Bonne lecture !

Written By: Le P'tit Rennais

No Comments

Leave a Reply