La Nuit Américaine nous entraîne

Le cinéma Le Scénario de Bain de Bretagne a récemment accueilli un spectacle original comme on en voit (trop) peu. À l’occasion du festival Culturissimo, une lecture musicale de La Nuit Américaine de Jim Morrison était proposée. Cet événement est organisé par les Espaces Culturels E.Leclerc pour la 9ème année. Découvrez ci-dessous l’interview sonore des 3 artistes de la soirée, et l’article correspondant.


© Clémence Le Denmat

Le spectacle est une idée originale de Serge ROUÉ (metteur en scène). Il a imaginé la rencontre entre un comédien de théâtre (Maxime TAFFANEL) et 2 musiciens (Elias DRIS et Théo CORMIER). Une manière de donner vie aux textes et poèmes retraçant les derniers jours de la vie de Jim MORRISON.

Pour le comédien Maxime TAFFANEL, c’est une grande première que d’interpréter un texte avec un micro. C’est quelque chose qui ne se fait pas dans le théâtre classique / traditionnel / conventionnel.

Ce projet lui a aussi permis de rencontrer les musiciens Elias DRIS (voix, guitare) et Théo CORMIER (guitare, clavier). Elias DRIS évolue en collaboration avec Théo CORMIER depuis son album Gold in the Ashes sorti en 2017. Elias a travaillé avec Morgane IMBEAUD (ex-chanteuse du groupe Cocoon). Ils ont enregistré un album de reprises : Homeward Bound : Songs Of Simon & Garfunkel. Les deux guitaristes assurent également de nombreuses premières parties pour des artistes et groupes internationaux prestigieux. On peut citer le germano-suédois Peter Von Poehl, la néerlandaise Selah Sue ou encore les belges de Girls In Hawaii.

« Goodbye Jim, we’ll miss you »

Le spectacle commence par une boucle musicale, l’atmosphère qui s’en dégage est assez sombre, voire mystérieuse. On entend le bruit d’une voiture, suivi d’un extrait d’une radio américaine. Elle diffuse un bulletin spécial annonçant le décès de Jim MORRISON. « Cette nouvelle plonge des milliers de fans à travers le monde dans le deuil. Le chanteur des Doors a été retrouvé mort dans son appartement parisien. Les autorités françaises attribuent son décès à un arrêt cardiaque. Jim MORRISON avait 27 ans. » L’animateur de radio termine son communiqué par un : « Goodbye Jim, we’ll miss you ».

Le comédien monte sur scène pieds nus. Il porte un jean en cuir noir et un T-shirt de la même couleur. Ses 2 camarades sont aussi habillés en noir.

Maxime TAFFANEL déclame tour à tour des poèmes de Jim, des textes extraits de la biographie du chanteur des Doors puis d’autres du journaliste français Sam BERNETT. Le spectateur se retrouve ainsi plongé dans la décadence et les excès ayant mené le jeune américain à mourir à l’âge de 27 ans.

Les passages lus sont parfois accompagnés par la musique des Doors, ou entrecoupés de chansons du groupe (Alabama Song, Light my fire, Riders on the storm).

On entre de manière intense dans les tourments et les déboires d’un homme, véritable rock star planétaire, brûlant sa vie par les 2 bouts. Avec sa compagne Pamela COURSON, il multiplie les conduites à risque. Le couple combine de grandes quantités d’alcool fort et de multiples drogues : héroïne, cocaïne.

Ces excès finiront par causer la mort de Jim MORRISON, le 3 juillet 1971, soit à peine 4 mois après son arrivée à Paris.

Written By: Rémi Cadieu