Le rayonnement politique

Dix jours après les résultats du second tour, le bilan reste mitigé : entre soulagement d’avoir évité un couvre-feu à 20h15 et dégout totale d’avoir voté contre ses convictions pour contrer le Front National, seulement 16% des électeurs d’Emmanuel Macron sont convaincus de la pertinence de son programme.


Quelques jours après les résultats du premier tour, alors que la majorité des hommes politiques tour à tour appelaient à voter contre l’extrême droite, sûrement dans le but d’assurer leur place dans le prochain gouvernement. J’ai reçu un SMS qui stipulait le contraire, me proposant de ne pas aller voter. En effet, cela faisait déjà deux mois que j’avais coupé tout contact avec cette personne, pour le bien de l’humanité. Mais à quelques jours du second tour, sortie de nulle part, elle m’envoie ce court message qui n’avait ni queue ni tête.

 

Déjà deux mois. J’espère que tu es toujours aussi rayonnante et que tu ne votera pas au second tour !

 

N’est-ce pas là une chose étrange de mettre en parallèle mon rayonnement (ie. mon charme exotique et mon sourire ravageur) et mes choix politiques ? Sur le moment, j’étais dans la totale incompréhension. Dans un premier temps, j’ai essayé d’élucider ce mystère, en envoyant un screenshot de ce SMS à tous mes amis ; pourquoi vous pensez qu’il m’a envoyé un sms ? Pour renouer le contact ou pour vraiment me dire qu’il est préférable pour l’avenir de la France que je n’aille pas voter ? Puis, dans un second temps, dans un ordre plus intellectuel, je me suis demandée :  “est-ce vraiment correct de demander à quelqu’un de s’abstenir ?

Ce court sms sûrement écrit à la va-vite entre deux manifs et deux bols de céréales bio, m’a quand même bien chamboulée, car il est plus habituel de justement inciter les gens d’aller voter que le contraire. Et puis avec beaucoup de recul et après les résultats du second tour, je me suis rendue compte qu’il était peut-être plus difficile pour certains de glisser un bulletin Macron dans l’urne avec pour simple raison de faire barrage au Front National.

Alors qu’une bonne partie de mes amis Facebook partageaient massivement sur leur mur des mêmes sur Jean Lasalle et sur cette fameuse “poudre de perlimpinpin”, glissaient entre les deux, des articles sur l’incertitude d’une victoire écrasante d’Emmanuel Macron, il était donc naturellement évident pour moi de voter pour celui qui allait me permettre de ne pas rentrer au pays, comme l’ont fait 80% des Français en 2002.

Mais la situation était loin de ressembler à celle de 2002, avec cette certitude que le Front National avait gagné de l’ampleur, voter pour Emmanuel Macron, était davantage un vote utile qu’un vote convaincu. De plus, la montée fulgurante du parti de Jean-Luc Mélenchon ne facilitait pas les choses, pour les Insoumis, glisser ce fameux bulletin utile c’était décrédibiliser tout ce pourquoi ils s’étaient battus. Ainsi l’abstention ou le vote blanc au second tour, c’était malheureusement l’une des solutions pour faire entendre leur voix, pour préserver un espoir d’une France Insoumise. Mais, l’histoire parle d’elle-même… Il y a environ dix jours, Emmanuel Macron était élu président de la République avec certes 66% des voix, mais avec un taux d’abstention record de 25,38%, signifiant à Emmanuel Macron, que rien n’était gagné d’avance et que tout était encore à prouver. De quoi se motiver pour démarrer ce quinquennat !

Pour conclure ce billet d’humeur qui comme vous l’aurez remarqué est d’une pertinence ultime, digne d’un premier article écrit par une stagiaire, j’aimerais ajouter qu’il n’a pas de but autre que de dire à cette personne qui m’a demandé de ne pas aller voter, d’aller se faire voir !

Written By:

No Comments

Leave a Reply