Legend of Zelda : WIND WAKER [3/3]

Combien de fois ai-je voulu décrire ces sentiments ? Cette chute infinie vers les hauteurs. Une sensation que l’on ne capte qu’au sein de notre royaume intérieur, réceptacle des émotions. L’aspect quasi mystique que certaines expériences nous font vivre, pousse certains à continuer de vivre. Dans ces moments d’extrême lucidité, nous ne faisons qu’un avec l’expérience même. L’art nous permet de nous transformer par un procédé magique presque irrationnel. J’aimerais ausculter au scalpel l’une de ces expériences avec vous.

Mon voyage dans les mondes de pixels que l’on nomme : The Legend of Zelda, et tout particulièrement, lors d’une de mes pérégrinations les plus ensoleillées, sur ses mers pleines de mystères. J’étais un petit garçon bravant l’impossible: sauver ma sœur et secondairement combattre le mal : Ganondorf. Je veux parler de The Legend of Zelda : Wind Waker

Les Parents et le changement

Dans Wind Waker, nous ne connaissons pas nos parents. Nous vivons au départ dans un petit village avec notre sœur et notre grand mère. Mais à aucun moment il n’est question de parents. Chose plutôt rare, car généralement dans une aventure telle que celle ci, il arrive toujours un moment où l’on fait une quête d’identité pour savoir d’où l’on vient. On fini donc par apprendre qui sont nos parents et qui nous sommes. Mais est ce vraiment important dans Zelda ? Les figures parentales ne sont-elles pas cachées autre part? Ne veulent-elles pas nous dire quelque chose de plus profond? Selon moi, c’est dans cette symbolique que se cache le noyau central du propos de ce jeu. La salle ultime, gardienne de toutes les vérités. Un propos résolument moderne, voire politique. Car oui, dans Zelda, malgré cet air onirique, on peut y voir de la politique. Je vais vous expliquer cela.

Bon, comme nous avons déjà vu, les protagonistes sont uniquement des enfants. Mais ce qu’il faut savoir aussi, c’est que notre bateau, compagnon de nos voyages, surnommé “Le Lion Rouge”, n’est pas celui que l’on croit. En effet, il est la réincarnation du Roi d’Hyrule, figure d’autorité du monde englouti sous les flots, forme paternelle par excellence. C’est lui qui nous conseille et nous aide dans les moments les plus compliqués de l’aventure. Il est ce symbole du père aimant qui veut voir son fils se surpasser pour avancer.

Le Yin Yang et le couple

Il faut revenir un peu au symbolisme Taoiste pour comprendre la suite. Selon moi, la mère serait, eh bien… tout simplement, la mer. Elle aussi nous guide et nous permet d’apprendre. Il faut savoir que la notion de complémentarité est très importante dans le Tao. Peut-être êtes-vous familier avec son symbole le plus puissant, je veux parler du Yin Yang. Ce concept qui traverse toute la pensée asiatique est basée sur une idée de dualité entre deux forces qui se complètent (mais qui ne s’opposent pas nécessairement comme nous aimons le faire en occident). La relation entre ces deux forces crée le mouvement et donc l’énergie créatrice. Cette façon de concevoir la réalité peut se retrouver dans toute les situations de nos vies. Essayez de voir les choses de cette façon lorsque que vous n’allez pas bien. Il ne faut pas chercher à aller absolument bien tout le temps, par exemple, ou chercher l’ordre absolu; mais plutôt l’équilibre entre le Chaos et L’Ordre. C’est l’essence du Yin Yang, nous faire accepter que l’univers n’est qu’équilibre entre toutes choses ou tout du moins la recherche de cet équilibre. Pour l’instant, même les plus grands astrophysiciens ne peuvent remettre en cause cette loi qui gouverne en effet la conception de la réalité elle-même. La complémentarité Bateau et Mer, Père et Mère, nous permet donc d’avancer et de comprendre notre destinée.

Cette symbolique est nos parents qui nous enseignent la vie. Comme une vaste métaphore du défi initiatique, le décor dans lequel nous évoluons prend alors une toute autre signification. Chaque personne que nous rencontrons devient alors une figure de représentation des étapes de l’enfance (l’école, les parents, les amis, le jeu, le travail etc). Et puis, il y a aussi une autre complémentarité qui est intéressante. Bien sûr, il y a Link et Zelda, mais il y en a une autre qui se cache jusqu’à la fin et qui est pour moi le cœur de ce que je dis. Cette complémentarité regorge de cette leçon politique que je vous tease depuis tout à l’heure. C’est la relation entre Ganondorf et le Roi. Je me suis toujours demandé pourquoi ils se ressemblaient autant, pourquoi ils avaient l’air tous les deux si bonhommes. En règle générale, Ganondorf est fin et maléfique; là, on dirait un vieux tonton un peu bourru. Et puis pouf, j’ai compris: Ganondorf et le Roi sont les 2 faces de la même entité paternelle. Dans cette idée d’équilibre, de milieu, tout cela prend sens. Les Deux faces de notre morale et de notre conception de la réalité. D’un côté, nous avons le conservatisme et de l’autre, le progressisme, les deux courants majeurs lorsque l’on parle de politique par exemple.

Le Chaos

Comme je le disais, l’ordre ne peux exister sans le désordre. Les théories du Chaos nous ont prouvé que tout s’auto-régulait autour de cette idée. On retrouve cela aussi dans les structures sociales modernes, comme ce qu’on nomme notre “société”. Dans un contexte compliqué comme le nôtre, où l’ordre veut absolument régner coûte que coûte quitte à devoir sacrifier le fondement même de son existence : la cohésion sociale. Il est important de se rappeler cette idée d’équilibre. Rien n’est permanent, tout trouve sa place dans l’équilibre des forces. Je vous invite à lire Les pionniers du Chaos d’un des mes auteurs préférés, Norman Spinrad, pour avoir une vision plus globale de cette idée de régulation dans notre société.

Ce vieux monde est sur le point de mourir

L’idée centrale de Wind Waker, chose que l’on retrouve même dans son titre (Le vent qui réveille) est ce concept de mouvement, de passage du flambeau, de transmission entre le vieux monde symbolisé par ce couple Ganondorf / Le Roi D’hyrule et nous : Link et Zelda. Voici le message caché du jeu. Nous vivons dans une époque où des forces tentent de rester en place, des forces qui veulent vivre à contre-courant de la logique de mouvement. Des forces qui ont mené le monde vers sa ruine. Mais ce vieux monde est sur le point de mourir, il faut que la nouvelle génération (celle du joueur, qui est souvent jeune et symbolisée par Link, l’enfant), prenne le relais pour continuer à mettre du mouvement dans le monde pour qu’il continue d’être. C’est une des grandes idées du bouddhisme aussi, toute chose doit suivre le changement. Un vent de renouveau souffle. A l’heure où la capitalisme détruit le vivant, où les pauvres sont stigmatisés, les valeurs de vertus sacrifiées sur l’autel de l’argent, les nouvelles générations se doivent de se rebeller face aux vieilles. Ne laissons pas ce vieux monde qui a créé les déluges nous emporter complètement. Notre destinée, notre voie est de trouver ­des portes de sortie pour créer un nouveau monde, plus juste et en lien avec sont environnement. Les enseignements jalonnent notre vie. Il est temps d’agir.

Trouvons notre Tao et allons de l’avant, notre génération a tant à faire, à commencer par renverser les Ganondorfs, cause de tous nos maux sociétaux.

Written By: L'Hermite Sombre

No Comments

Leave a Reply