#InstantConfinement : Lettre ouverte pour les personnes en confinement

Malgré la pandémie et toutes ses conséquences dramatiques, nous avons le pouvoir d’introspection. Nous avons cette chance incroyable d’avoir le temps de s’arrêter sur le chemin de nos vies trépidantes. Alors, nous regardons autour de nous. 


Notre activité professionnelle est sur pause. Nos ressources diminuent, source d’incertitude et d’instabilité. Nous devons lâcher prise. Tout notre quotidien est revisité. Notre esprit si peu habitué à l’ennui cherche de l’occupation à en devenir boulimique. Nous passons de notre lit à notre canapé, nous regardons des films, des séries, plus ou moins passionnants. Nous suivons l’actualité jour après jour, nous jouons sur nos écrans, nous nous retrouvons sur les réseaux sociaux. Bien qu’elle soit camouflée par toutes ces occupations, la solitude est présente. Pour redorer notre ego et pour se sentir productif, nous tentons d’apprendre une nouvelle langue, de cuisiner des nouveaux plats, de nous mettre au sport pour l’été. Pour ceux d’entre nous qui avons cette chance, nous profitons des personnes avec qui nous vivons au quotidien. 

Toute notre vie, nous avons été habitués à alimenter notre esprit d’occupations extérieures. Nous lui avons donné sans trop réfléchir une quantité d’images, de sons, de bruits. Notre esprit cherche à se nourrir constamment de sensations extérieures nous poussant à en vouloir davantage, à consommer, à nous remplir d’informations. Nous regrettons nos verres en terrasse, nos fast-food, sans avoir pris le temps de prendre le temps. Sans s’être dit “bonjour”. Sans avoir pris le temps pour faire connaissance avec soi dans le moment présent. 

En effet, nous avons cette chance incroyable d’avoir le temps, mais nous passons à côté. Il est temps de penser à soi pour le bien de tous. Il est temps de déculpabiliser de ne rien faire. Il est temps d’apprendre à notre esprit à s’ennuyer, le remplir de silence et de calme. Il est temps de respirer profondément et de ressentir son corps et son esprit comme une seule et même entité. 

Dans notre quotidien, nous pensons ne jamais avoir le temps mais nous choisissons de ne pas en avoir. Nous pouvons sincèrement redéfinir notre vie, nos aspirations, nos priorités simplement en nous écoutant, simplement en nous arrêtant sur le chemin de nos vies trépidantes.  

En étant confiné, la nature reprend le dessus, nous faisons partie de la nature, alors reprenons le dessus. En étant confiné, nous reprenons conscience de ce qui est notre priorité. Nous prenons le temps de faire rire nos proches. Nous prenons le temps de nous préoccuper du personnel hospitalier, des personnes touchées par le Covid 19 ou par d’autres maladies ou pathologies. Nous pensons aux personnes en difficulté. Nous sommes préoccupés pour tous ces métiers de l’invisible : ces producteurs locaux, ces restaurateurs, ces professionnels du monde artistique. Nous prenons des nouvelles de nos proches bien plus souvent que d’ordinaire faisant place à l’empathie et la bienveillance. Ça fait du bien non ? 

N’attendons pas une crise sanitaire, une catastrophe naturelle, un drame familial, pour mettre en second plan tous les éléments superficiels de nos vies. N’attendons pas de frôler la mort pour se rendre compte de la beauté de notre vie, de nos proches, de qui nous sommes, de nos capacités, de notre beauté.

Laissons-nous le temps pour l’introspection, pour mieux vivre ensemble. Laissons-nous le temps d’ouvrir les yeux sur nos actions et nos pensées. 

Une chance comme celle-ci est unique. 

Written By: Juliette BAUGE

Comment: 1

  • Batti

    Répondre 28 avril 202013 h 34 min

    Merci pour cette très belle lettre Juliette ! Nous sommes beaucoup à penser cela malgré les difficultés matériels pouvant se présenter à beaucoup d’entre nous, et si en réalité cette histoire nous permettait non pas d’être en guerre, mais plutôt en paix les uns avec les autres ?

    Au plaisir de te lire 🙂

Leave a Reply