Sommes-nous tous seuls ?

Nous sommes en 2017 et toujours pas de nouvelles: nous restons résolument seuls dans cet espace, cette dimension incommensurable qui nous écrase. Cette même dimension qui nourrit à la fois notre peur de la solitude, ainsi que nos fantasmes, très anciens, que nous ne serions pas la seule Vie dans ce cosmos.


    Cette peur de la solitude nous la percevons tous les jours, c’est elle qui transforme notre société en un agglomérat d’institutions absurdes et nihilistes. Peut-être qu’avoir un signe ou juste un mail, je ne sais pas, nous donnerait un peu plus de courage. Cette idée de solitude est intéressante à creuser et a fait couler beaucoup d’encre dans certains milieux scientifiques. Peut être savoir si nous sommes seuls ou non donnerait plus de sens à notre vie. Nous sommes en 2017, et nous sommes toujours résolument seuls, certains ont tenté de l’expliquer par ce qu’on nomme le Paradoxe de Fermi. Ce dernier nous expose que même si 0,1% des planètes dans la Voie Lactée peuvent accueillir la vie, ce qui équivaut à presque 1000000 de planètes, il est très peu probable qu’il y ait d’autres formes de vie dans les environs. Car beaucoup de paramètres s’opposent à la mise en place d’une société galactique.Je vais essayer en quelques lignes d’expliquer pourquoi.

© L’Hermite Sombre

    Tout d’abord sachons que la Vie ,comme évolution, reste une putain d’aventure très compliquée, jalonnée d’épreuves que l’on nomme grands filtres. Alors bien sûr il y a déjà le filtre de l’appropriation du feu, c’est à dire il y’a 500 000 ans Av JC, mais aussi, l’appropriation du nucléaire, en 1945, sans déclencher de destruction massive. Parce que vu les dégâts que peut faire cette technologie et comment elle a transformé les enjeux Géopolitique mondiaux (Guerre Froide), vaut mieux pas trop rigoler avec. Pour l’instant celle que nous devons franchir pour survive s’appelle le filtre climatique. Il nous faut vivre en harmonie avec l’écosystème de notre planète pour subsister, pour pouvoir continuer à évoluer. D’autres espèces se serait brisées les dents avant même de franchir les filtres que nous avons nous-mêmes franchis. Ces grands filtres seraient très difficiles à franchir et ce phénomène expliquerait l’extinction de civilisations anciennes, avant même que nous puissions rentrer en contact avec elles. Peut-être que nous sommes, nous-mêmes, tout prêt de notre propre extinction, mais cela nous ne le savons pas encore.

    D’autres hypothèses sont avancées pour expliquer notre solitude dans l’univers. Pour les expliquer, il faut comprendre que les hypothétiques civilisations capables de rentrer en contact avec nous, peuvent être classées en 3 grands Types. Le Type 1 qui correspond aux civilisations capables de dominer la technologie de la fusion nucléaire chose que nous sommes encore très loin de maîtriser. En résumé, cette technologie revient à pouvoir recréer le fonctionnement du soleil pour produire de l’énergie. C’est-à-dire produire une quantité de chaleur tellement élevée que cela ferait fondre les structures atomiques, ce qui créerait de l’énergie. Contrairement à la fission nucléaire que nous utilisons, cela ne produirait aucun déchet et produirait une quantité phénoménale d’énergie avec peu de ressources initiales. C’est un peu l’idée parfaite pour produire de l’énergie. Le Type 2 est une civilisation qui aurait réussi à créer ce qu’on appelle une sphère de Dyson. c’est-à-dire une superstructure qui engloberait une étoile pour capter son énergie, pour prospérer. Et enfin le Type 3, serait un peu l’idée que nous nous faisons des dieux. Une civilisation quasiment omnipotente qui aurait domptée les lois de l’univers pour ses fins et qui serait capable de plier le cosmos à sa demande. Nous ne pourrions même pas envisager d’imaginer de technologie avec ce niveau de complexité. Il faudrait faire appel à la théologie, plus que la science pour la concevoir.

© L’Hermite Sombre

    L’idée serait, que si nous sommes tous seuls c’est parce qu’une civilisation Type 3 détruirait les autres civilisations arrivées seulement à un stade de développement inférieur. Ces dernières seraient qualifiées de dangereuses par cette civilisation Type 3, car capable, hypothétiquement de les rejoindre en termes de développement et donc de devenir un concurrent sérieux. Nous et notre civilisation, ne serions alors considérés qu’à un stade encore trop peu avancé car même pas de Type 1, donc totalement inoffensifs pour cette civilisation Type 3. Un scénario qui est un peu repris dans la trilogie originale du jeu-vidéo Mass Effect, avec les Moissonneurs, pour ceux qui connaissent.

 

Ainsi il y a plus de chance qu’il n’y ait pas d’autres formes de vie que de chances qu’il y en ait. Et cela peut être très déprimant…

 

    J’ai voulu écrire cet article après la lecture du roman Spin de Robert Charles Wilson, un bon roman de SF, écrit avec les pieds mais avec une histoire très intéressante. Dans son roman (sans spoilers, même si je suis quand même obligé), il avance que l’univers, ou tout du moins la galaxie, serait géré par une civilisation Type 3. Mais qu’elle ne serait pas Type 3 comme nous le décrivons plus haut, car ne serait même pas une civilisation à proprement parlé. Elle reprendrait l’idée de fonctionnement des neurones de notre cerveau, ou plutôt basé sur le fonctionnement d’un ordinateur, semi organique semi artificiel, une sorte d’intelligence artificiel quasi divine qui parcourait l’univers grâce à un réseaux neuronal immense. Basé sur les théories d’architecture de Von Neumann , cette idée à depuis fait son chemin est devient de plus en plus plausible. Elle serait une super-architecture composée d’une multitude de petit neurone qui traiterai de l’information et la ferait circuler dans le réseau, un peu comme internet. Si cette hypothèse est envisageable, nous ne pourrions pas percevoir cette civilisation, mais celle-ci nous percevrait et veillerait sur nous, au sens où chaque avancée de notre civilisation serait contrôlée par elle, ce qui nous enlèverait ce paramètre très arrogant qu’est le libre arbitre, si cher à nos philosophes classiques.

  Le vertige dans le raisonnement comme quoi nous sommes tous seuls peut être une malédiction est peut en déprimer plus d’un. Mais si l’on regarde le problème d’un autre œil. N’est t’il pas mieux d’être seul ? Et puis faut il chercher impérativement d’autres espèces dans l’univers tous de suite ? Sachant que même sur notre planète nous n’arrivons pas à nous entendre. Imaginez avec une autre espèce intelligence. Comme nous prévient Dan Simmons dans son excellent cycle des Cantos d’Hypérion : “Il ne faut pas déranger les loups, les lions et les ours qui rugissent derrière les montagnes”, que l’on peut comprendre comme : “Écoute coco, y a des choses dans cette univers, faut pas y toucher sinon ça va te retomber sur la gueule et tu auras que tes yeux pour pleurer”. Nous avons vu pourquoi l’univers était si vide. Mais cela ne nous rend pas si seul pour autant.

© L’Hermite Sombre

Nous sommes en 2017, et nous ne sommes pas si seuls, déjà parce que notre corps n’est pas juste une chose à part entière: c’est un agglomérat de millions d’entités, les cellules, qui vivent et se reproduisent. La composition de ces dernières est basée sur les même lois que tout ce qui compose l’univers: la structure atomique.C’est à dire que nous sommes tous composé d’atomes, particule la plus petite que nous connaissons. Particules reliées entre elles par des liaisons qui régissent les propriétés physiques et chimiques de l’univers. C’est donc ce qui nous relie à celui-ci, déjà par les ingrédients qui nous compose tous deux.

Mais, est-ce que ceci n’est pas déjà assez excitant ? Pourquoi vouloir trouver quelque chose dans l’univers si nous sommes nous-mêmes une part intégrante de l’univers. Et puis, si nous sommes réellement les seuls, n’est-ce pas alors une chance incroyable de faire l’expérience de la Vie. Je m’explique, ce serait alors nous les dieux, les particules “sentient” de l’univers, capables de pouvoir observer sa beauté, perdues dans le vide accrochées à ce bout de rocher que nous appelons Terre. Restons humbles, arrêtons l’arrogance, profitions ce ce qu’on a.

N’hésitez pas à nous partager vos idées, vos réflexions sur ces questions, nous serons ravis d’y répondre, ou tout du moins de nous creuser la tête encore plus en profondeur…

 


Written By: L'Hermite Sombre

No Comments

Leave a Reply