L’accent sans sensationnel

L’accent sans sensationnel

En effet ! L’accent est revenu au centre du débat ses derniers temps. La fameuse réforme de l’orthographe de 1990 a été votée. Qu’est-ce donc que ce dinosaure exhumé d’entre les textes de l’Assemblée nationale ?


Ses règles sont simples :

  • De nouvelles orthographes sont acceptées (nénufar, ognon)
  • Des accents circonflexes disparaissent (s’entrainer, cout, maitresse… etc.)
  • Des tirets s’évaporent (weekend, portemonnaie… etc.)
  • Des nouveaux accords sont autorisés (des après-midis)

La majorité de ces nouveaux changements (près de 2400 mots) sont censés apporter une facilité d’apprentissage aux élèves en difficultés. Alors que seulement 45 % des Français maîtrisent les règles orthographiques en 2015, est-ce vraiment un progrès ?

Au-delà des émulations que l’on rencontre sur internet (Non Jeûne et Jeune resteront bien différentiés), le fait d’apprendre plusieurs orthographes va être difficile à appliquer en sachant que le français reste une matière peu évidente à faire apprécier. Du reste, la véritable question est pour moi bien là : Ne serait-ce donc pas avant tout la manière d’enseigner et non le contenu qui serait à développer ?

La pédagogie est un art que l’Éducation Nationale semble avoir du mal à développer. La rigueur est acceptée uniquement par le « par-cœur » et le bourrage de cerveau. Mettre en place de la pédagogie active reste une hérésie hostile au bon formatage du parfait futur petit dinosaure institutionnel. L’accompagnement de l’enfant dans ses vocations et ses envies ou la « gamification » du savoir ne sont pas à l’ordre du jour.

Je rêve du jour où l’humain sera au cœur d’une société de réflexion et d’évolution collective.

Une société ordonnée et innovante.

Une société d’écoute, d’affection et de justesse

 

tumblr_o21onx2hKz1tq9q5vo1_500

Laisser un commentaire