À la recherche de l’amour numérique

À l’heure du numérique, l’internet se remplit de nouveaux lieux de rencontres. Les technologies, pouvant amener les relations du quotidien à se faire plus distantes, laissent entrevoir un nouveau champ de communication : Les sites de rencontres.


Sonnant comme si l’on avait des difficultés à aller vers son prochain, ces derniers ont pris un essor phénoménal ces dernières années. En prenant l’exemple de Meetic, le plus gros site de rencontre Européen, celui-ci a grandement joué dans le développement de la rencontre virtuelle :

“Un français sur 5 connaît un “couple Meetic”, selon une étude de Claims TNS d’octobre 2012. “

C’est alors que des réflexions arrivent : « Et pourquoi pas moi ? ». Quel malin plaisir est-ce de compléter sa définition de notre femme parfaite en prenant soin de son image sur le net, voir ces « visites » de notre profil ainsi que les affinités communes au chaud dans son lit ?

Image satire Meetic

 Mais au-delà des sites de « provocation de rencontres », qu’existe-t-il d’autre ? 

Avec plus 50% d’utilisateurs ayant entre 18 et 24 ans, Tinder est une application ayant fait parler d’elle de par une fulgurante notoriété. Malgré une réputation en France d’application de « rencontres d’un soir », le nombre d’utilisateurs est très élevé. Basé sur la découverte de profils alliant une description et une ou plusieurs photos dans le périmètre de l’utilisateur, cette application californienne semble bien superficielle, et pourtant, après une approbation physique mutuelle, une discussion s’ouvre et les rencontres se font. Ces nouvelles formes de rencontres nous éloignent-elles de relations potentielles ? Peut-être qu’en levant la tête de cette application, vous le/la verrez vous sourire, qui sait ?

En passant, qu’attendons-nous pour nous rencontrer ?

ecureuil-amour

Written By: Tristan

Étudiant en formation pour adulte au numérique, je suis passionné d'anthropologie, d'éducation, de développement personnel et de culture. Appréciant l'écriture, l'échange et l'insolite, je suis devenu membre du "P'tit Rennais" dans le but de m'ouvrir à de nouvelles réflexions et rencontres.

No Comments

Leave a Reply