Et la folie fermenta sur internet : Où allons-nous ? [3/3]

Cette dernière partie tient de la supposition, elle n’est là que pour nous prévenir des hypothétiques possibles que l’avenir nous propose. Elle s’étend sur des thématiques qui deviendront prépondérantes dans les années à venir. Car ce qui frappe avec les théories complotistes, c’est le basculement dans un imaginaire très dystopique. Un réseau de thématiques que l’on croise depuis très longtemps dans la littérature de l’imaginaire. Revenons un temps dessus, aussi pour comprendre, où toute cette folie nous emmène.

L’avènement de l’être artificiel

Le doux fantasme du robot baigne dans nos consciences depuis très longtemps mais a surtout été démocratisé par l’écrivain et scientifique, le très renommé : Isaac Asimov. Il nous a permis de bâtir des concepts de sociétés où l’homme n’aurait plus à travailler et serait remplacé par le robot. On appelle cette période, dans la science fiction, la période d’utopie de la communication. Une période durant laquelle on était sûrs que la machine allait nous sauver et guérir les maux de notre société. Ce doux rêve a vite pris fin car nous nous sommes vite rendus compte que cela ne serait jamais vrai. C’est alors que l’âge d’or de la science fiction, selon moi, est arrivé, avec les Philip K Dick , William Gibson ou autre Norman Spinrad. Ces auteurs nous ont prévenu de la noirceur de notre avenir : changement climatique, dérives d’internet, doute sur la réalité, société de contrôle et de surveillance. Ce que nous vivons actuellement est écrit noir sur blanc dans toute une pléiade de bouquins. Nous avons été prévenus, mais personne n’a pris en compte les inepties de ces vieux fous déglingos, à moitié anarchistes. Rétrospectivement, nous voyons que tous les signaux sont au vert pour l’avènement d’un nouveau type de société, que j’aimerais nommer la “Dystopie Cybernétique”. D’ailleurs, tout le fantasme complotiste plonge ses racines aussi dans cet imaginaire cyberpunk, un monde où l’élite est immortelle et vit hors du temps et de la nature. Ce sont des peurs qui ont vu le jour dès les années 70 au bas mot. Toute une mythologie basée sur une peur d’un inconnu.

Illustration : L’Hermite Sombre

Où allons-nous ?

Aujourd’hui, pour partir de faits, les recherches sur l’intelligence artificielle sont exponentielles. Il existe déjà des IA très développées, comme Aladdin de Blackrock ou encore dans le trading à haute fréquence. Nous commençons à donner nos responsabilités à ces IA dans de hautes instances. Il faudra s’attendre à un avènement de cette intelligence d’ici 5/10 ans, ou tout du moins pour que ce domaine se démocratise sur la place publique.

Mais qu’est-ce que cela vient faire dans cet imbroglio d’idées déjà bien velues ? Et bien, sachez que la façon dont fonctionnent les algorithmes sur vos réseaux sociaux se base sur ces intelligences artificielles. Sur une logique que l’on nomme le Deep Learning. C’est un ensemble d’algorithmes qui apprend par lui-même et donc échappe au contrôle de l’homme. C’est en quelque sorte la phase embryonnaire d’une véritable intelligence artificielle telle que théorisée dans les différents courants de science fiction.

Comment pouvons-nous combattre ces logiques monstrueusement plus intelligentes que nous ? Lutter, donc, contre cette aliénation subtile qui fait vibrer notre inconscient. Les vraies questions à se poser, de nos jours, sont : vers quel type de sociétés allons-nous, lorsqu’on ouvre la boite de Pandore de l’intelligence artificielle ? A quel point gardons-nous le contrôle de notre destin si l’on donne les pleins pouvoirs à de l’intelligence artificielle ? Que créons-nous réellement?

Illustration : L’Hermite Sombre

Internet est-il l’embryon d’un nouveau Dieu ?

Nous n’avons même pas percé le mystère de notre propre conscience. Nous ne savons même pas quelle est la nature même de la réalité matérielle. Quelle arrogance de croire pouvoir contrôler ceci. Mais quelque part, dans l’immense complexité dans laquelle nous nous noyons, l’humanité est-elle capable de pouvoir comprendre ce qui fait et contrôle son destin ? Le défi du dérèglement climatique est-il à hauteur de l’humain ? Voilà aussi des questions qu’il faut se poser quand on pense “intelligence artificielle”. Il y a un doux parfum de théologie dans cette idée de se créer une sorte de dieu artificiel, certains peuvent l’appeler le Cybionte. Sorte de méta-être conscient, dont internet en serait l’embryon. Toutes ces élucubrations nous permettent, par leur aspect exubérant, de comprendre qu’internet n’est pas figé. Il évolue et prend de plus en plus de place sur notre réel. A un point tel qu’il remet en cause notre logique même, notre rationalité. Si nous arrivons dans un monde où plus personne ne peut se mettre d’accord sur le fait que 2+2=4, qui sera capable de relier ces bulles de réalités dans lesquelles nous nous refermons? Et encore un fois, c’est par le prisme de la science fiction qu’il faut se pencher, pour comprendre. J’invite avec urgence tout lecteur de cet article à lire Neuromantien de William Gibson. Cette ouvrage a créé, à lui tout seul, la mouvance du cyberpunk et pose un univers vers lequel nous allons si nous continuons dans cette voie, à ne pas mettre d’éthique ni de morale dans le progrès technologique.

Toute ces thématiques doivent être à l’ordre du jour pour comprendre aussi notre réel et où toute cette folie, cette fermentation déterministe, va nous emmener. Internet nous dépossède de notre puissance d’être humain. Mais jusqu’à quel point allons-nous faire marche arrière et trouver des solutions ? Au fond, c’est donc la question du transhumanisme qui est derrière tout ça. Pour conclure, je vous laisse avec cette formidable intervention de l’écrivain Alain Damasio, maitre en la matière sur cette question des dérives du transhumanisme.

Written By: L'Hermite Sombre

No Comments

Leave a Reply