Les Essentiels : Hephaprint (Impression & objets 3D)

Suite à la crise du coronavirus, les PME/TPE locales sont très impactées, parfois même dans l’impossibilité de travailler. Aujourd’hui, il est nécessaire de se rapprocher des commerçants qui sont près de chez vous, qui contribuent à votre quotidien et au rayonnement de votre ville.


Vu la situation, nous avons décidé, au P’tit Rennais, de recueillir le témoignage de plusieurs entreprises locales, dont on apprécie le champs d’action, les valeurs et les idées. Gérants de cafés-restaurants, salles de concert et de sport, de boutiques vestimentaires, freelance, entreprises éco-responsables sont dans notre dossier : “Les Essentiels”

Le sixième rendez-vous est pris avec Yoann Le Boru, fondateur de l’atelier 3D Hephaprint.

Pourriez-vous vous présenter?

Yoann LE BORU, 32 ans, rennais.

Décrivez-moi votre activité.

Je propose essentiellement un service d’impression 3D. C’est-à-dire que les gens viennent avec un fichier 3D que j’imprime ou d’après leurs infos je réalise le 3D puis je l’imprime.

Depuis combien de temps êtes-vous installé ici ?

J’habite à Rennes depuis 2012 et j’ai mon atelier depuis Janvier 2019.

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce métier ?

L’envie d’être indépendant/libre d’une part, et de l’autre mon intérêt pour la science et les technologies.

On a décidé, au P’tit Rennais, de recueillir les témoignages des commerçants locaux. Le Covid a sévèrement touché les TPE/PME. Quelles sont les premières choses que vous avez faites pour réagir à cette crise ?

J’ai fait des masques à visières pour aider mon entourage puis j’en ai distribué gratuitement dans les quelques commerces autour de moi. Puis j’ai commencé à les commercialiser à prix coutant pour les associations et les particuliers car je n’ai pas les moyens d’en faire des centaines à mes frais. Et avec une petite marge pour les entreprises.

Est-ce que l’État, ainsi que les collectivités locales, vous ont suffisamment aidé dans leurs apports financier pour sauvegarder votre entreprise ?
Zero aide pour 2 raisons.

Je suis souvent payé à 30 jours fin de mois par mes clients professionnels. Ce qui peut parfois amener à 2 mois max le délai entre le travail terminé et le paiement. Du coup pendant le début du 1er confinement je continuais de recevoir des paiements le premier mois. Donc ça déplace juste le problème au mois d’après et ça m’empêche de toucher les aides car elles sont basées sur le CA encaissé…

Deuxième raison : comme j’ai vendu des centaines de masques à visières à prix coutant à partir du 2e mois, j’ai eu un CA correct par rapport à l’année dernière. Mais sans aucun bénéfice donc impossible de dégager de quoi me payer. Et là encore, ça m’a empêché de toucher les aides. Encore une fois, basé uniquement sur le CA. Ça, c’était pour le premier confinement.

Maintenant, pour le deuxième confinement, les aides sont basées sur le CA d’octobre. Sauf qu’en octobre j’avais (ô joie) une reprise d’activité plus des paiements de commandes faites en août et septembre qui sont tombés. Donc encore une fois, je n’ai le droit à rien à l’heure actuelle. J’ai contacté la CMA de Rennes pour leur faire part de ça. On verra s’ils peuvent m’aider.

Quid du PGE (Prêt Garanti par L’état). Y avez-vous procédé ?

Je ne suis pas admissible car encore une fois c’est basé sur le CA. Si le confinement dure plus de 2 mois et que je ne refais pas de masque, je pourrai commencer à avoir de l’aide au bout du 3e mois de confinement.

Click & Collect, Livraisons à domicile, sont des solutions que vous avez utilisées pour sauvegarder la boite ?
Je fais déjà ce genre de chose en dehors des périodes de confinement donc oui, j’ai ça en place mais ça ne change rien car avec la crise, les particuliers comme les pros préfèrent y réfléchir à 2 fois avant de faire la moindre dépense (et c’est normal, je fais pareil). Du coup, je n’ai pratiquement plus de commande depuis ce confinement.


Comment voyez-vous les jours à venir ? Pour vous, et le monde de manière générale.

J’avais mis de l’argent de coté donc j’avais de quoi tenir encore 2 ou 3 mois. Mais mes réserves s’épuisaient. Et je n’imagine pas que le virus va disparaitre du jour au lendemain et que l’activité va reprendre. Donc je pense que ça va être compliqué pour encore des mois et des mois. J’ai eu la chance d’avoir une opportunité pour faire du télé travail en conception mécanique donc ça va peut-être compenser partiellement. J’espère. C’est déjà ça !

Au quotidien, au vu des difficultés financières, les sorties étaient de toutes façons réduites.
Mais c’est sûr que entre “réduites” et “pas du tout”, c’est pas la même chose. Surtout les sorties familiales. Je me dis pour me rassurer que tant que j’ai un toit sur la tête et à manger tout va bien.

Pour le monde de manière générale, je suis très inquiet des retombées économiques et des morts du Covid. Je pense qu’on va tous connaitre quelqu’un qui va en mourir. Et avec le réchauffement climatique qui s’accélère, l’avenir parait sombre. Alors autant se donner à fond et rester positif. Sinon ce sera pire.

Comment nos lecteurs peuvent-ils contribuer à soutenir votre activité ?

Déjà en restant eux « à flots ». Un client ruiné n’achètera rien. J’aurais tendance à dire en me faisant de la pub mais je préfère quand c’est fait par des gens qui ont été pleinement satisfaits de mon travail.

Psychologiquement, avez-vous déjà pensé à tout arrêter ?

J’avais commencé à l’envisager début octobre. J’ai un bail commercial qui m’engage sur 3/6/9 ans. Du coup si je veux arrêter il faut que j’anticipe. Mais comme l’activité avait bien repris mi-octobre, il n’était plus question d’arrêter. Sauf que, Bim, début novembre on arrête tout. Sans mon activité partielle en conception mécanique, j’aurais sans doute commencé à préparer l’arrêt de mon activité. Là, je dois avoir de quoi tenir encore 6 mois. On verra d’ici là.


Que pensez-vous des dernières annonces d’Emmanuel Macron et du gouvernent ?

Concernant les toutes dernières annonces, j’ai pas grand-chose à redire : certains commerces non essentiels peuvent rouvrirent et c’est une bonne nouvelle pour eux. Que cette décision se base sur le taux de remplissage des hôpitaux, je trouve ça plutôt cohérent.

L’ouverture des restaurants et des bars qui est repousseé. J’ai pas trop d’avis là-dessus. Si c’est vraiment un foyer de contamination, ça se défend. Mais il faudrait aider bien plus que ça ces commerçants.

Et quand on voit le monde qui s’entasse dans les galeries commerciales… Entre une file d’attente d’une heure en intérieur dans un magasin et un resto ouvert à mi-capacité avec distanciation etc… Je vois pas pourquoi la file d’attente d’une heure serait moins dangereuse que le resto. J’imagine qu’ils cherchent à faire des compromis car c’est sûr que si on rouvre tout, le nombre de contaminations et de morts va exploser. Mais j’ai du mal à être d’accord avec leur façon de gérer ce « compromis ».

Par exemple, je n’comprends pas pourquoi les commerces fermés ne peuvent pas être exonérer de loyer ou au moins à 50%. Parce que ok, on aide un petit peu en versant de l’argent aux commerces fermés, mais pas assez pour survivre. Et j’imagine qu’une bonne partie de cet argent sert surtout à payer le loyer et les charges fixes. Et au final, les personnes ne touchent que très peu de cet argent pour leur vie à eux.

Pourquoi les personnes qui touchent des loyers continueraient à le toucher à 100% alors que les professionnels exploitant ces locaux sont privés de revenus. Sachant qu’une fois que le locataire est ruiné, y’a plus personne pour payer le loyer. Et du coup le bailleur est aussi dans la merde.

Enfin bref, pourquoi on ne répartit pas les pertes financières entre les bailleurs et les exploitants plutôt que l’exploitant soit privé de revenu mais que le bailleur continue à exiger 100% de ses revenus à lui ? L’aide de l’état servant surtout à payer le bailleur en fin de compte. Ca me semble pourtant plus important d’aider l’exploitant que le bailleur. C’est plus facile de toucher de l’argent d’un loyer que d’exploiter suffisamment bien un local pour en vivre.
Après, j’imagine que si personne ne s’offusque de ça c’est qu’il y a peut-être une raison économique que je vois pas .

Une anecdote à nous partager sur Hephaprint ?

J’en ai plein, mais rien de « racontable » ahah.

Written By: Sterling

Je partage mon temps entre écouter de nouvelles sonorités musicales, dévorer des séries télévisées et analyser les informations médiatiques. Je suis également Community Manager pour Le P'tit Rennais.

No Comments

Leave a Reply