On s’éloigne des clichés plage-cocotiers pour vous raconter l’île Maurice (1/3)

Quel est le rapport entre l’île Maurice et Rennes ? Pas le climat, c’est sûr. J’ai 10 000 kilomètres et huit ans d’histoires à vous raconter, et je vous propose de commencer dès maintenant.


Pour vous donner une idée, voici quelques instants immortalisés lors de mes sessions de street photo à l’île Maurice. En plus d’être un paradis de la street food, c’est également un excellent terrain de jeu pour les amateurs de photographie !

Culture et mode de vie

Par culture, j’entends notamment les mentalités, les religions, les célébrations, les traditions, et ainsi de suite. Parfois surnommé « Little India », le pays a en partie conservé la culture des travailleurs engagés indiens, les “Coolies”, après leur arrivée en 1834. Cela va du mobilier aux inspirations culinaires, en passant par le mode de vie. En parallèle, l’île Maurice et les Mauriciens ont une identité qui leur est propre, d’autant plus que le pays est indépendant depuis près de 50 ans.

À l’arrivée, on peut avoir un peu de mal à se faire à ce changement, à conjuguer un mode de vie à la française avec celui d’un pays qui s’occidentalise tout doucement tout en restant très attaché à ses valeurs. Mais la routine et les nouvelles rencontres arrivent très vite et contribuent à une intégration réussie. On me dit dans l’oreillette que beaucoup sont aussi unis par… la nourriture !

Huit ans de saveurs à l’île Maurice

Car en ce qui concerne les saveurs, l’île Maurice fait partie des petits paradis de la street food. Si vous aimez manger et découvrir de nouvelles textures et de nouveaux goûts, vous serez aux anges ! Marchands de dhall puri (galettes de pois), de faratas (galettes de farine) et de beignets en tous genres ont pignon sur rue dès que la ville commence à grouiller de monde, c’est-à-dire aux alentours de 8 heures. Tout ce petit monde s’active jusqu’à environ 18 heures, puis il n’y a plus un chat dans les rues.

Des aventures et des rencontres, on en vit également une multitude en quelques jours. En huit ans, le ressenti est encore plus intense. Ces instants et ces gens font partie de votre quotidien comme en France on s’habituerait à son boulanger, à son facteur ou à voir sa voisine promener son chien…

Article rédigé par Schéhérazade Deedarun 

Written By: Le P'tit Rennais

No Comments

Leave a Reply